5. Nanomatériaux en tant que vecteurs

L'utilisation de nanoparticules pour transporter dans le corps les principes actifs de façon ciblée est certainement un champ d'application supplémentaire. Souvenons-nous de l'exemple mentionné en début de chapitre: les principes actifs anticancéreux emballés dans des nanoconteneurs. Des nanoparticules à inhaler sont un autre exemple auquel la recherche s'attache actuellement. Peut-être qu'un jour, les diabétiques pourraient inhaler l'insuline au lieu de se l'injecter - ce serait un tel soulagement! Les nanoparticules pourraient être combinées aux molécules d'insuline et conditionnées sous forme de spray. Les premiers essais cliniques sont en cours mais cela peut durer des années jusqu'à ce qu'ils soient opérationnels.

En règle générale, le niveau d'exigence pour de telles nanoparticules est très élevé: elles doivent être, de façon stricte, non toxiques et biodégradables. Elles ne seront ni considérées comme des intruses ni combattues par le système immunitaire  avant qu'elles n'aient atteint leur objectif. Elles ne doivent occasionner aucune réaction allergique et surtout ne pas être elles-mêmes cancérigènes.