5. Rationnement des médicaments: une décision épineuse

Pendant de nombreuses années, le traitement standard de l’hépatite C était constitué d’interféron et de ribavirine. Pour les patients, ce traitement est extrêmement éprouvant: maux de têtes permanents, fièvre, faiblesse, perte d’appétit. Seul l’espoir de guérison les aide à supporter ce calvaire. Cependant, de nombreux patients ne guérissent pas, les premiers traitements n’avaient un taux de guérison que d’environ 20%.
Depuis quelques années, il existe en Suisse de nouveaux médicaments qui non seulement augmentent énormément le taux de guérison (actuellement entre 90 et 100%), mais n’ont en outre presque plus d’effets secondaires.
Le problème: les coûts. Les nouveaux médicaments sont censés guérir des milliers de patients, mais ils sont chers. Si chers que les autorités sanitaires (Office fédéral de la santé publique) ont décidé un rationnement: les caisses-maladie ne sont obligées de prendre les coûts en charge que chez les patients dont le foie est déjà nettement atteint de fibrose ou qui souffrent de complications. D’autres pays comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne ont aussi introduit de telles restrictions. Ceci a déclenché un vif débat entre médecins, patients, industrie et autorités. L’espoir est que les prix baissent lorsque d’autres médicaments arriveront sur le marché.

Grafik 4: Wie Medikamente gegen Hepatitis C wirken. Mode d’action des médicaments contre l’hépatite C.
Grafik 4: Wie Medikamente gegen Hepatitis C wirken.
Graphique 4: Mode d’action des médicaments contre l’hépatite C.
© vfa